fbpx

Le débrief de l’envol #07 – La professionnalisation, par petites touches

par | 27 Jan, 2020 | Podcast L'envol du Rossignol | 0 commentaires

Après les péripéties de sa phase d’éclosion et d’affirmation sur la scène nationale, il fallait, parce que Youssou Ndour a très tôt eu de grandes ambitions pour lui et la musique de son pays, des moments pour s’ouvrir et faire apprécier ses mélodies et rythmes à un public autre que celui du Sénégal et de l’Afrique qui les avait déjà adoptés. En cela, les années 1983 et 1984 ont constitué une période charnière – comme cela est souligné dans cet épisode « L’envol… » – un tournant dans une quête de professionnalisme. Jusqu’ici, on pouvait dire que lui et ses musiciens étaient plus ou moins dans une posture d’amateur au sens où l’accent n’était pas vraiment mis sur des arrangements aboutis et des enregistrements de qualité. Le groupe se cherchait, entre les sonorités afro-cubaines auxquelles ses membres avaient été nourris
A Paris donc, en 1983, le Super Etoile enregistre « Immigrés » sur lequel on sent que la musique, le son, les arrangements sont de meilleure qualité. L’option esthétique aussi s’affinait. Comme si l’ouverture à un public extérieur non africain commandait une certaine mise à niveau. Peut-être pas. Parce que Youssou Ndour qui avait, dès la fin de années 1970, une claire idée de ce qu’il voulait. Les empreintes jazzy que l’on sent dans cet album ne font aucune ombre au socle  »traditionnel » et  »local » sur lequel se sont faites les fondations de l’édifice. Au contraire, elles les subliment. Il y a, dans ces premières scènes et premiers enregistrements du Super Etoile hors du continent africain, trois présences qui vont préfigurer de presque tout le reste sur le chemin de Youssou Ndour et de son groupe.
La présence de Peter Gabriel à ce festival Africa Fête. La star britannique est un amateur de bonnes mélodies, qui guette et sait flairer les bons coups. Il avait, dès les premiers contacts avec la voix de Youssou Ndour que celle-ci avait un potentiel apte à plaire à toutes sortes de public, de son Sénégal natal aux scènes des quatre coins du monde. A ce moment, on ne savait pas encore que les étoiles de la destinée allaient opérer…
Habib Faye prend discrètement mais très sûrement ses marques, faisant prévaloir son penchant son penchant jazzy qu’il croise avec intelligence avec le mballax qui était alors à ses balbutiements. La prise en main des choses par le jeune musicien – il n’avait pas encore 20 ans – se fait sous le regard et le ‘’contrôle’’ du grand frère Adama Faye, génie absolu s’il en est. Si Habib Faye a posé les fondations de la musique du Super Etoile, c’est que le cadre sémantique, pour parler comme les linguistes, avait été tracé par Adama. Le rôle déterminant de celui-ci a été de sortir le Super Etoile du mimétisme ambiant pour lui trouver une identité faite d’un amalgame entre traditions musicales au Sénégal, influences jazzy et pop – qui le font se détacher des louanges qu’il n’avait pas pour autant abandonner.

Dakar, le 26 janvier 2020

Aboubacar Demba Cissokho

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code


Tous les liens utiles :






Abonnez-vous à Conversations féminines sur votre plateforme préférée :


Coin Lecture...
Avant chaque conversation, chaque Invitée partage 3 lectures Coup de Cœur.
En voici quelques uns au hasard ci-dessous mais elles
sont toutes disponibles dans >>notre bibliothèque en ligne<<
:

Bibliotheque

Et coin écriture.
Parce que nos invitées prennent aussi la plume, retrouvez >>la liste dédiée à leurs ouvrages<<


D’AUTRES PETITS RIENS…

Bannière du Podcast conversations féminines. Portrait de Zoubida Fall

« Conversations féminines », une série d’épisodes sur la place des Femmes au Sénégal

Elles sont des femmes, sénégalaises ou d’origine sénégalaise. Aux profils divers et provenant de diverses classes sociales. Pendant une heure et sur un ton intimiste, nous interrogerons avec elles leur place. De celle qu’on leur a assigné à ce qu’elles en ont fait. (…)

D’une génération à une autre et si nous entamions cette conversation…

Portrait de AIDA SYLLA - Ceux du milieu, on a tendance à vous oublier. Vous n'existez pas et ça vous donne tellement de liberté - Vignette du podcast Conversations Féminines

Quand Pr Aïda Sylla soigne l’hopital et notre santé mentale

Vous n’existez pas et ça vous donne tellement de liberté. Il fallait écouter autrement les personnes. Biographie de Pr Aïda Sylla Psychiatre à l’hôpital de Fann. Ancienne Chef de la division de la santé mentale au ministère de la santé. Professeur Titulaire des...

Construire tous les jours un espace à soi, avec Dr Rama Salla Dieng

Je n’ai pas besoin de vivre ces choses personnellement ou de les découvrir par moi-même. D’autres personnes ont déjà fait ça (…) je peux apprendre de leurs expériences. Biographie de Dr Rama Salla Dieng Auteure, universitaire, militante féministe panafricaine, maman....

Art, géographie, conventions : Aucune frontière imposée par autrui ne résiste à Oumou Sy.

Le monde appartient à nous tous, c’est les hommes qui ont mis les frontières. Je ne sais même pas jusqu’à maintenant lire et écrire. (…) Moi je suis restée intacte.  Biographie de Oumou Sy Costumière, styliste, créatrice de bijoux, décoratrice, femme d’affaires,...

Pin It on Pinterest

Donnez de la force à du Kokalam

Partagez sur les réseaux sociaux : ça m'aide vraiment beaucoup pour faire connaître le podcast Conversations Féminines et tous les parcours de ces femmes incroyables.