fbpx

Le debrief de l’envol #04 – Le « vrai » point de départ de

par | 25 Jan, 2020 | Podcast L'envol du Rossignol | 0 commentaires

Novembre 1981. Dans un Sénégal qui apprend petit à petit à faire sans la figure de Léopold Sédar Senghor, bâtisseur de son Etat et porteur d’une vision pour le rayonnement culturel du pays, une nouvelle page s’ouvre pour Youssou Ndour. Il décide de prendre sa carrière en main en formant son propre groupe. « Je voulais travailler pour aller de l’avant », dit-il en quittant l’Etoile de Dakar qu’il avait monté avec des amis, à son renvoi du Star Band. En le faisant, il savait qu’il n’avait plus droit à une quelconque hésitation. Il embauche ses musiciens pour ce qui allait devenir et est encore le Super Etoile de Dakar, l’un des plus grands groupes sénégalais de ces quarante dernières années, si ce n’est le plus grand.

« Je les ai embauchés et je les fais travailler. » C’est dans la clarté des termes des rapports entre le patron qu’il est désormais et les membres de son orchestre qu’il faut certainement trouver l’un des « secrets » de sa longévité. Ces mots de Youssou Ndour expriment l’ambition d’un jeune homme de 22 ans à faire franchir à la musique au Sénégal une étape et font déjà entrevoir le ‘’businessman’’ qui sommeillait en lui. Un signe qui ne trompe pas : le prêt demandé auprès d’une banque pour financer la production de ses premières cassettes. Le souci de se faire tout de suite un nom et de faire face à la concurrence pousse le groupe à en sortir quatre au cours de l’année 1982. Le wolof était déjà devenu la principale langue de la musique sénégalaise, mais ce qui se dessinait et se cuisinait – même si ce n’était pas encore perceptible clairement – c’est un rythme appelé ‘’mballax’’.

Pour ‘’imposer’’ ce mballax à des oreilles habituées aux sonorités afro-cubaines, il y avait déjà, dans ce Super Etoile, la présence du percussionniste Mbaye Dièye Faye, nourri aux sources d’une tradition multiséculaire, Assane Thiam qui, du Waalo de ses origines, incarne à lui seul le souffle du Tama, ce tambour des aisselles porteur à la fois de paroles et de rythmes dangereusement entraînants, Papa Oumar Ngom, dont les touches à la guitare rythmique – discrètes mais essentielles – forment le socle du rythme, Mamadou Mbaye dit Jimi qui arrive, par on ne sait quelle alchimie, à faire passer par un instrument ‘’occidental’’ (la guitare) des notes qui sonnent comme celles du xalam des griots de sa lignée. Tout cela se met donc doucement en place…

Petit souvenir personnel : je me souviens de cette fin d’après-midi de 1982, à Kédougou, où mon père arrive à la maison avec dans ses bagages la cassette du « Vol. 2 : Ndakarou – Xarit » de « Youssou N’Dour et Le Super Etoile de Dakar », remise à la grande sœur déjà fan de la musique de l’étoile (naissante) de la Médina. Ce qui me reste de la première écoute de cette œuvre, c’est la répétition du nom de Dakar. Peut-être parce que l’écolier de 7 ans que j’étais avait déjà appris en classe que c’est la capitale du Sénégal. Allez savoir ! Ce qui est sûr, c’est qu’un lien s’était établi ce jour-là…


Dakar, le 16 janvier 2020

Aboubacar Demba Cissokho

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code


Tous les liens utiles :






Abonnez-vous à Conversations féminines sur votre plateforme préférée :


Coin Lecture...
Avant chaque conversation, chaque Invitée partage 3 lectures Coup de Cœur.
En voici quelques uns au hasard ci-dessous mais elles
sont toutes disponibles dans >>notre bibliothèque en ligne<<
:

Bibliotheque

Et coin écriture.
Parce que nos invitées prennent aussi la plume, retrouvez >>la liste dédiée à leurs ouvrages<<


D’AUTRES PETITS RIENS…

Bannière du Podcast conversations féminines. Portrait de Zoubida Fall

« Conversations féminines », une série d’épisodes sur la place des Femmes au Sénégal

Elles sont des femmes, sénégalaises ou d’origine sénégalaise. Aux profils divers et provenant de diverses classes sociales. Pendant une heure et sur un ton intimiste, nous interrogerons avec elles leur place. De celle qu’on leur a assigné à ce qu’elles en ont fait. (…)

D’une génération à une autre et si nous entamions cette conversation…

Portrait de AIDA SYLLA - Ceux du milieu, on a tendance à vous oublier. Vous n'existez pas et ça vous donne tellement de liberté - Vignette du podcast Conversations Féminines

Quand Pr Aïda Sylla soigne l’hopital et notre santé mentale

Vous n’existez pas et ça vous donne tellement de liberté. Il fallait écouter autrement les personnes. Biographie de Pr Aïda Sylla Psychiatre à l’hôpital de Fann. Ancienne Chef de la division de la santé mentale au ministère de la santé. Professeur Titulaire des...

Construire tous les jours un espace à soi, avec Dr Rama Salla Dieng

Je n’ai pas besoin de vivre ces choses personnellement ou de les découvrir par moi-même. D’autres personnes ont déjà fait ça (…) je peux apprendre de leurs expériences. Biographie de Dr Rama Salla Dieng Auteure, universitaire, militante féministe panafricaine, maman....

Art, géographie, conventions : Aucune frontière imposée par autrui ne résiste à Oumou Sy.

Le monde appartient à nous tous, c’est les hommes qui ont mis les frontières. Je ne sais même pas jusqu’à maintenant lire et écrire. (…) Moi je suis restée intacte.  Biographie de Oumou Sy Costumière, styliste, créatrice de bijoux, décoratrice, femme d’affaires,...

Pin It on Pinterest

Donnez de la force à du Kokalam

Partagez sur les réseaux sociaux : ça m'aide vraiment beaucoup pour faire connaître le podcast Conversations Féminines et tous les parcours de ces femmes incroyables.