fbpx

Sur le recul du langage et de la société, Fatimatou Zahra Diop est sans concession mais c’est par amour pour le Sénégal.

par | 7 Juin, 2022 | Podcast Conversations féminines | 0 commentaires

À l’image de cette conversation aux multiples sujets, il ne pouvait y avoir qu’une seule citation mise en exergue.
J’espère que vous les apprécierez l’une comme l’autre pour ce qu’elles sont, ensemble et séparément.

Même quand les gens s’expriment en wolof, et ça m’énerve particulièrement, c’est du créole qu’ils parlent. 

Ils ne parlent pas wolof. Les 3/4 des mots qu’ils utilisent sont des mots français et ils prétendent parler wolof.

J’assimile ça à de la paresse.

Cette recrudescence de la polygamie, cette recrudescence de tout ce qui est dépigmentation, …
la chosification, la réification des femmes, c’est des choses que même ma grand-mère n’acceptait pas,  qu’il se passe aujourd’hui.

Biographie de Fatimatou Zahra Diop

Elle obtient sa maitrise en Sciences économiques à l’UCAD en 1978. A l’exception des premieres années passées à la direction du crédit, Fatimatou Zahra Diop a fait toute sa carrière à la BCEAO. Elle y part à la retraite en 2014 en étant (encore) à ce jour la seule femme Directrice nationale et ensuite Secrétaire générale de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (BCEAO).

Retraitée active, Fatimatou Zahra co-fonde Afrivac et en assure la vice-présidente depuis 2015. Elle siège au conseil d’administration du WIC depuis 2019 et a aussi rejoint le board de AfricaNenda en 2021 en tant qu’advisory member.

Elevée par un père qu’elle qualifie de « féministe ne l’admettant pas », qui n’a jamais fait la différence entre ses frères et elle, l’unique fille, Fatimatou Zahra a hérité entre autres valeurs celles de servir, d’être au service.

L’engagement communautaire qui est le sien y trouve ses racines.

 

 

 

Questions posées au cours de l’épisode :

  • Pour vous, quelle est l’importance de servir sa communauté, d’être au service de sa communauté ? 

  • Qu’on soit un homme ou qu’on soit une femme, est-ce qu’il y a une différence entre les deux quand on veut se mettre au service de sa communauté ? 

  • Au delà de cet engagement personnel, est-ce que cette envie de servir a grandi en vous ou est-ce que vous le faites par l’exemple ? Est-ce que c’est parce que vous avez vu faire ou on vous a montré comment faire ? 

  • Qui êtes-vous en vrai ?

  • Est-ce que vous aviez toujours prévu de faire sciences économiques ? Est-ce que c’est vous qui avez choisi, votre père, votre mère ? 

  • Vous aviez dû passer de très beaux moments ? 

  • Qu’est-ce qui fait de vous une privilégiée ? 

  • C’était courant d’avoir une mobylette en tant que femmes dans les années 70 ? 

  • Quelle place occupe dans votre vie ? Le fait d’être autonome et indépendante, de pouvoir et de pourvoir par vous-même ?

  • Est-ce qu’il y a une place qui vous était destinée ?

  • Dans les autres familles que vous fréquentiez à la même époque, vous aviez aussi cette impression que cette éducation était non-genrée ou bien c’était particulier dans votre famille ?

  • Vous avez décidé d’arrêter l’université après la maîtrise, de passer le concours de la BCAO et de trouver du travail. Vous me dites par ailleurs que vous venez d’une famille où vous n’aviez pas cette urgence d’aller travailler pour pouvoir subvenir aux besoins de votre famille mais pour pouvoir être autonome ? Vos parents l’ont bien accueilli ce choix-là ?

  • Et qu’en pensait votre mère ?

  • Est-ce que vous considérez que vous êtes à votre place ?

  • Si vous aviez 20 ans en 2022, qu’auriez-vous aimé savoir ou qu’auriez-vous dit ? 

 

 

 

 

 

Pour écouter cet épisode sur votre plateforme préférée :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code

D’AUTRES PETITS RIENS…

Bannière du Podcast conversations féminines. Portrait de Zoubida Fall

« Conversations féminines », une série d’épisodes sur la place des Femmes au Sénégal

Elles sont des femmes, sénégalaises ou d’origine sénégalaise. Aux profils divers et provenant de diverses classes sociales. Pendant une heure et sur un ton intimiste, nous interrogerons avec elles leur place. De celle qu’on leur a assigné à ce qu’elles en ont fait. (…)

D’une génération à une autre et si nous entamions cette conversation…

Portrait de Thiaba Camara Sy - Tant qu'il me reste un souffle de vie, c'est que j'ai un souffle d'espoir. - Vignette du podcast Conversations Féminines

Thiaba Camara Sy et les réseaux de soutien entre femmes.

Au plus on était vulnérables, plus on avait de privilèges. Quand Thiara Camara Sy parle de la société matriarcale sénégalaise avant la colonisation française. La pire des trahisons qu’on puisse faire à son ascendance, c’est de ne pas lui donner le rang qu’elle mérite...
Portrait de Codou Bop - Je suis une femme. Je n'ai jamais eu de doute ou d'énervement d'être une femme... - Vignette du podcast Conversations Féminines

Codou Bop, une chercheure hors-pair sur les violences sexistes et sexuelles.

Binta a énormément travaillé pour la cause des femmes et en fait, je peux dire que c’est ça qui l’a tué. Parce qu’elle s’est jamais occupée d’elle. On a même peur d’occuper sa place. Même si on est capable d’identifier sa place et qu’on a les moyens de l’occuper....
Portrait de FATIMA FAYE - Je n'ai pas choisi, je suis née libre. Je pense que les gens libres naissent libres - Vignette du podcast Conversations Féminines

La liberté de choix a un visage. Celui de Fatime Faye.

Je suis née embarassante.  Biographie de Fatime Faye Installée à Ndayane depuis des années, Fatime Faye est engagée auprès de sa communauté d’adoption, elle oeuvre sans relâche au renforcement de la solidarité entre femmes en mettant en place des activités...

Pin It on Pinterest

Donnez de la force à du Kokalam

Partagez sur les réseaux sociaux : ça m'aide vraiment beaucoup pour faire connaître le podcast Conversations Féminines et tous les parcours de ces femmes incroyables.